Retracer l'histoire des cosmétiques

Mis à jour : 18 déc. 2020

Bonsoir, un peu d'histoire sur la cosmétique coréen. Je l'ai traduit sinon l'article est en anglais pour celles et ceux qui veulent pratiquer leur anglais ☺️

Bonne lecture

Bien à vous

Par Chung, Ah Young

La quête de la beauté est une partie insatiable de la nature humaine bien que ses normes diffèrent avec le temps et la culture. Dans les temps anciens, le maquillage était utilisé dans les rituels pour se protéger de l’environnement extérieur. Les gens utilisaient des colorants naturels pour dessiner des images sur leur corps pour visualiser les divinités et dissiper le malheur. Depuis lors, l’interaction entre les cultures a stimulé l’échange de matériaux de maquillage, de méthodes et de technologies de production de cosmétiques, créant une variété de cultures et de produits cosmétiques dans le monde entier. Le musée des cosmétiques Coreana a longtemps servi à montrer le désir humain de devenir plus beau à travers les produits de beauté coréens de l’Antiquité à l’ère moderne.

Le maquillage à travers le prisme historique de l’esthétique

Les cosmétiques peuvent rendre les gens plus beaux. Mais dans la société coréenne traditionnelle, le maquillage était défini au sens large comme des soins non seulement à des fins externes mais aussi internes.

Les Coréens dans le passé croyaient qu’une bonne apparence pouvait affecter leur moi intérieur. Ainsi, les hommes et les femmes se soucient de leur apparence, créant une culture unique dans les cosmétiques et les accessoires.

Le musée des cosmétiques Coreana présente la culture et l’histoire des cosmétiques à travers des articles aussi divers que des contenants de maquillage, des outils et d’autres articles de mode.

Situé à Sinsa-dong, dans le sud de Séoul, le musée fondé par Yu Sang-ok, directeur du musée et président d’une société de cosmétiques du même nom, célèbre le 10e anniversaire de son ouverture avec plus de 5300 articles liés aux cosmétiques exposés.

Avec la façade gigantesque du bâtiment Space C, le musée sert de complexe culturel pour diverses expositions et recherches sur la culture du maquillage depuis 2003.

« Beaucoup de gens pensent que le maquillage actuel est différent de celui du passé. Mais ce n’est pas si différent en termes d’ingrédients et d’ordre, en particulier sa quête de beauté », a déclaré le conservateur du musée Lee Ji-sun.

Elle a déclaré que de nombreux ingrédients naturels sont encore utilisés dans la fabrication de cosmétiques modernes. « Les visiteurs étrangers s’intéressent à ce que les Coréens utilisaient autrefois pour le maquillage », a-t-elle déclaré.

En Corée, les femmes se maquillaient pour paraître en bonne santé. Dans les temps anciens, ils produisaient des gommages pour le visage, des lotions de beauté, des crèmes et des huiles pour le visage, ainsi que des poudres colorées, du rouge et de l’encre à sourcils.

Le jodu, « ou haricots mungo moulus, était utilisé comme savon nettoyant après avoir mélangé la poudre avec de l’eau car ils contiennent de la saponine, un agent nettoyant efficace.

Les lotions étaient fabriquées à partir de jus extrait de plantes telles que des tiges de courge à appliquer après le lavage.

Des huiles ou des extraits de graines de plantes ont été utilisés comme solvants et l’huile de ricin et de camélia a été largement utilisée car elles sont moins collantes avec un parfum tendre. On pense que les huiles d’abricot et de pêche soulagent les taches de foie et les taches de rousseur. L’huile de carthame riche en vitamine E et en acides gras essentiels était bonne pour augmenter l’hydratation et la brillance de la peau. Mais le conservateur a déclaré que les cosmétiques traditionnels à base de plantes et de céréales avaient des odeurs uniques, de sorte que les femmes y ajoutaient des parfums. Le parfum était principalement fabriqué avec des bourgeons de clou de girofle séchés et fonctionnait comme un désodorisant à effet médical, qui était utilisé lors du bain car il était censé réduire le stress et la fatigue mentale. Diverses méthodes de parfum sont incluses dans le « Gyuhap Chongseo » (Encyclopédie des femmes) de 1809, écrit pendant le royaume de Joseon.

Le riz moulu et le millet appelés « mibun » ou « baekbun » étaient utilisés comme poudres. Mibun a été mélangé avec de l’eau ou de l’huile pour mieux coller au visage.

Lee a déclaré que, comme aujourd’hui, les sourcils étaient une caractéristique clé. Ainsi, l’encre à sourcils à base de cendre végétale, de suie en indigo, noir, bleu ou brun foncé a été utilisée pour dessiner différentes formes de sourcils. « Gyuhap Chongseo » décrit les 10 modèles de sourcils populaires, mais les formes en croissant ou en feuilles de saule étaient les plus populaires. Le « Yeonji » ou rouge extrait du carthame était appliqué sur les joues et les lèvres. Le conservateur a déclaré que l’histoire du maquillage coréen a commencé dans les Trois Royaumes (57 av.J.-C.-668) et a culminé pendant le royaume Goryeo (918-1392) lorsque les gens étaient intéressés par l’auto-toilettage et la béatification. Aux Trois Royaumes, la faïence était principalement utilisée comme contenants, mais la croissance d’une culture céladon à l’ère Goryeo a produit d’abondants contenants de cosmétiques.

À l’époque Joseon, la pratique du maquillage somptueux était restreinte par les valeurs du confucianisme. Au lieu de cela, d’autres objets tels que des contenants de cosmétiques en porcelaine blanche, bleue et blanche, des miroirs, des peignes, des chapeaux, des pendentifs et des épingles à cheveux ont été développés.

« La culture a tendance à se répandre de haut en bas. Mais les codes de la cosmétique et de la mode sont pour la plupart le contraire. L’élite et les femmes de la classe supérieure avaient tendance à imiter la mode des gisaeng (artistes féminines) à l’époque Joseon », a-t-elle déclaré.

À la fin du XIXe siècle, de nouveaux styles et produits de maquillage étaient en vogue conformément à l’avènement de la culture occidentale, stimulant la culture cosmétique coréenne et permettant la production et la consommation de masse.

«Bakgabun», ou la poudre de Park, fut le premier produit cosmétique produit en série en Corée et un best-seller de 1915 à 1930. Mais en raison de son contenu en plomb, les ventes ont considérablement diminué et des produits similaires ont été rapidement lancés.

Dans les années 1920, la cosmétique coréenne ne pouvait pas se développer car les marques japonaises dominaient le marché. L’industrie coréenne des cosmétiques a de nouveau redémarré après la libération de la domination coloniale japonaise, mais le déclenchement de la guerre de Corée en 1950 a une fois de plus anéanti les espoirs d’expansion de l’industrie.

Mais vers 1961, lorsqu’une loi interdisant la vente de produits étrangers a été mise en œuvre, l’industrie coréenne des cosmétiques a commencé à prospérer et continue de le faire.

« Aujourd’hui, les produits de beauté coréens sont très populaires dans d’autres pays, bien que les stars de la hallyu (vague coréenne) aient contribué à cela. Nous en sommes donc très fiers », a déclaré Lee.

« Traditionnellement, les femmes coréennes portaient un maquillage très naturel et spontané plutôt qu’un maquillage spectaculaire et somptueux comme au Japon ou en Chine à cette époque. »


https://m.koreatimes.co.kr/pages/article.asp?newsIdx=129776




16 vues0 commentaire